Il faut flinguer Ramirez T1

N. Pétrimaux

Il faut flinguer Ramirez T1 - Nef des fous - Librairie BD Rennes1987, Falcon City, Arizona. Jacques Ramirez est un employé modèle chez Robotop, entreprise d’électroménager, où il répare les aspirateurs comme personne. Muet, serviable et discret, il mène une petite vie rangée sans histoire…

Pourtant, en le voyant, deux membres d’un cartel reconnaissent en lui le plus grand assassin que le Mexique ait connu : Ramirez. Le même nom, la même moustache, tout concorde ! Mais s’agit-il vraiment de la même personne ? Est-il possible que cet assassin se soit reconverti dans l’électroménager ? Quoi qu’il en soit, alors que le Vacuumizer 2000 va être révélé au monde, tout le monde semble vouloir flinguer Ramirez…

Quelques raisons de débuter cette formidable série :

– Tout est génial dans cette BD, absolument tout ! Et si ça ne vous suffit pas, je développe un peu en dessous…

– Pour résumer de façon outrancière, Il faut flinguer Ramirez, c’est un peu comme si on lisait un Tarantino, ou un Rodriguez qui aurait été écrit correctement. C’est déjanté, hyper rythmé, avec des flingues, des explosions, une course poursuite… Un véritable hommage aux polars action des années 80.

– C’est tellement drôle ! Mais pas seulement, tout étant très intelligemment amené : les situations, les fausses pubs, les dialogues au top, les personnages… Ces derniers, principaux ou secondaires, sont d’ailleurs absolument parfaits. On s’y attache, on se marre avec eux et on découvre avec plaisir au fil des pages leurs différents liens.

– Plein de rebondissements avec un réel suspens et des questionnements sur l’identité de Ramirez. Est-il brillamment caché sous la couverture la plus improbable qui soit ou n’a-t-il juste pas de bol ?

– Difficile de ne pas faire rapidement confiance à N. Pétrimaux, qui place des détails un peu partout qui posent question et remettent à chaque fois tout en doute. On sent vraiment qu’il maîtrise parfaitement son histoire et que rien n’est placé là au hasard.

– Graphiquement, c’est d’ailleurs à l’image du reste : hyper classe, efficace, bourré de détails. La construction comics rend le récit ultra dynamique ! Fun fact : Initialement prévu pour être en format comics, l’album est finalement sorti dans un format plus grand pour toucher aussi un lectorat BD plus classique…

– Bonus : L’histoire est prévue en 3 tomes !